Piratage éthique : une compétence très recherchée

Pirate "black hat" avec masque dans la nuit

Les hackers ont des connaissances qui, dans un environnement où la cybersécurité prend de plus en plus d’importance, sont devenues incontournables au sein des entreprises.

En effet, il faut savoir que les pirates informatiques peuvent être bons et appliquer ce qu’ils savent le plus faire pour contrer les attaques de cybercriminels. Ces types de hackers font ce qui est communément appelé le piratage éthique.

Cependant, pour devenir un hacker éthique, il est important d’avoir les connaissances essentielles pour le faire tout en ayant une certaine déontologie du hacking.

Comment devenir un hacker éthique ?

Pour se former en tant que hacker ou hacker éthique, il ne suffit pas d’étudier l’ingénierie informatique. Le professionnel doit s’inscrire à une formation en cybersécurité et se spécialiser avec une maîtrise en ingénierie dans ce domaine. Ce type de formation cherche avant tout à diffuser une culture adéquate sur l’utilisation des systèmes informatiques de manière correcte et sûre afin d’améliorer les capacités personnelles des étudiants à contrer les menaces du cyberespace.

Dans le plan d’études, ce type de formation intègre fortement le hacking éthique comme axe principal pour une bonne utilisation des outils qui contribuent à améliorer les vulnérabilités des systèmes d’information.

Le piratage éthique est-il légal ?

La plupart des organisations pensent que le fait d’autoriser un pirate informatique éthique à tester les défenses d’une entreprise est une protection juridique suffisante pour justifier les deux types d’actions. Premièrement, l’acte d’embaucher un hacker éthique, et deuxièmement, fournir la couverture nécessaire pour des activités douteuses.

Évidemment, cela dépend de la mesure via laquelle le pirate est prêt à tester les systèmes. Si c’est nécessaire, il se peut qu’il doive passer en mode « pirate normal », déterminé à passer au travers n’importe quel système de sécurité pour montrer que ce dernier n’est pas du tout fiable.

De l’intérieur

L’ingénierie sociale est une technique employée par les pirates informatiques pour amener les gens à laisser des informations confidentielles. Les hackers éthiques l’utilisent pour tester les défenses d’une entreprise. Après tout, en cas d’attaque réelle, un cybercriminel pourrait aussi bien faire la même chose.

Cela signifie souvent que le pirate éthique finit par s’introduire dans les systèmes en utilisant les informations d’identification de quelqu’un d’autre, obtenues à l’aide de méthodes illicites. À ce stade, les lois sont enfreintes, car ils ont alors accès à des informations confidentielles. S’il s’agit d’informations de clients ou d’employés, le pirate et l’entreprise peuvent enfreindre les différentes lois sur la protection des données en vigueur.

De l’extérieur

Une technique courante pour tester les systèmes d’une entreprise consiste à accéder par l’intermédiaire de ses partenaires commerciaux. Les grandes entreprises ont souvent mis en place de solides mesures de sécurité, il est donc naturel de se concentrer sur les éléments les plus faibles de la chaîne d’approvisionnement, vos fournisseurs ou vos clients. Il peut s’agir de petites entreprises avec des protections limitées, mais ayant un accès privilégié aux systèmes fournis par la grande entreprise.

Ainsi, un pirate éthique peut pirater (de quelque manière que ce soit) les systèmes d’un partenaire commercial, puis être en mesure de sauter vers la cible souhaitée via cette porte dérobée privilégiée. À moins que le partenaire commercial n’ait été inclus dans le périmètre du test d’intrusion, le hacker éthique s’est écarté des limites de la loi pour atteindre ses objectifs.

Types de hackers

S’il faut expliquer ce qu’est le piratage éthique, c’est parce qu’il y a un autre type de piratage qui a provoqué son apparition.

Au sein de la communauté de la cybersécurité, les pirates se répartissent en trois camps : les black hats, les grey hats et les white hats.

Les pirates « black hats »

Ces hackers piratent leurs cibles pour des raisons égoïstes telles que le gain financier, la vengeance ou simplement pour semer la pagaille.

Les pirates « white hats »

Ces pirates visent plutôt à améliorer la sécurité, à trouver des failles et à informer les cibles des black hats pour qu’elles aient la possibilité de les repérer avant d’être des victimes.

Les pirates « grey hats »

Ces hackers se situent quelque part entre les deux camps, menant souvent des opérations un peu plus moralement discutables telles que le piratage de groupes auxquels ils s’opposent idéologiquement ou le lancement de manifestations hacktivistes.

La façon dont ces professionnels gagnent de l’argent explique aussi ce qu’est le piratage éthique. Ceux qui le pratiquent sont assez souvent employés par des entreprises de cybersécurité ou au sein des services de sécurité de grandes organisations. Le fait qu’ils sachent comment fonctionnent les attaques leur donne souvent des informations précieuses sur la façon de les prévenir.

Une autre façon pour les pirates éthiques de gagner leur vie est de collecter des « primes aux bogues ». Les grandes entreprises, en particulier les entreprises technologiques comme Facebook, Microsoft et Google offrent une récompense aux chercheurs ou aux pirates qui découvrent des failles de sécurité au sein de leurs réseaux ou services.

Conclusion

Le piratage éthique est une partie importante de la cybersécurité. Elle constitue une mesure essentielle pour lutter contre les pirates avec de mauvaises intentions. Les entreprises embauchent les hackers éthiques parce qu’ils doivent prouver leur niveau de sécurité. Mais, leurs compétences dans la mise à l’épreuve des systèmes de ces organisations ne sont acquises qu’au travers d’une formation en cybersécurité axée sur le hacking éthique.

Comment récupérer vos dossiers sur disque dur ?
Choisir un logiciel d’économie d’impression